Rechercher
Derniers articles

Petit rappel : « le parti des gogos et des bobos »...

Publié le lundi 21 juillet 2014

On trouvera ci-dessous un article de notre journal La Commune d’août 2007, sous le titre « le parti des gogos et des bobos »Pour rappel, nous avions décidé après cet article, en 2009, d’intégrer ce parti qui comptait, à sa création 9300 adhérents. Nous avions estimé que nous ne pouvions, eu égard à ces 9300 adhérents, faire l’impasse sur la promesse faite par la direction de...

Figure dans les rubriques
Articles de presse

Communiqué de presse SUD Activités Postales 92 du 13/2/14

Publié le jeudi 13 février 2014

Les postiers du 92 ont décidé de se rendre dans le Siège national de leu entreprise.Leur direction départementale refuse de négocier et nie même l'existence d'une grève départementale qui touche aujourd'hui les centres de Montrouge, Courbevoie Malakoff, Vanves, Gennevilliers, le CTED de Colombes, Rueil-Malmaison, La Garenne-Colombes, Asnières. Ils ont donc décidé de se rendre là où...

Figure dans les rubriques
Articles de presse

Les évacuations de Roms ont presque doublé en 2013 (source lemonde.fr, par Elise Vincent)

Publié le mardi 14 janvier 2014

Le gouvernement a procédé en 2013 à un nombre record d'évacuations de campements roms, avec près de 20 000 personnes expulsées, soit deux fois plus qu'en 2012, selon un rapport présenté mardi 14 janvier par la Ligue des droits de l'homme (LDH) et l'European Roma Rights Center (ERRC).En 2013, d'après cette étude, les autorités ont démantelé 165 campements sur les 400 recensés en...

Figure dans les rubriques
Articles de presse

MANIFA 06/14an BAIONAN / Manif 14 JUIN Bayonne

Publié le lundi 07 avril 2014
ARRAMAIATZAREN 14an, MANIFA BAIONAN
Giza Eskubideak, Aterabidea, Bakea !

 

14 JUIN MANIFESTATION À BAYONNE

Droits de l'Homme, Résolution, Paix !
Soutien aux démarches des collectifs des prisonniers et des exilés politiques






En français plus bas

 Giza Eskubideak,

Aterabidea, Bakea!

Euskal Herriko gatazkaren konponbide prozesuak hirugarren urtea hasi du. Aieteko adierazpenak hain zuzen, bigarren urtemuga bete zuen joan den urriaren 17an.

Konstatazio hirukoitza egiten dugu :

- Euskal Herrian konponbidearen aldeko gehiengoak osatzen dira, horren adibide ditugu 2012ko aza­roan Baionan (15000 pertsona) edo aurtengo urtarrilean Bilbon (130000 pertsona) presoen alde iragan manifestaldiak, edo 2012ko abenduan ipar Euskal Herriko pertsonalitate politiko nagusiek1 izenpetu adierazpena (Baionako bake foroa).

- Frantziar eta espainiar estatuek ez diete gaur oraingoz baikorki ihardesten Euskal Herritik eta nazioarteko komunitatearengandik heldu zaizkien eskaerei. Ez da inungo keinu baikorrik ageri. Alde­rantziz, errepresioa izan da euskal preso eta iheslarien kolektiboek lutzatu proposamenei ermana izan zaien erantzun bakarra. Gogoan ditugu hiru iheslarien atxiloketak, 2013ko ekainaren 15ean Biar­ritzen beren bide orria aurkeztu eta biharamunean eta Jokin Aranalderen kontrako euroagindua. Berrikiago ere, presoen kolektiboak prozesuaren aldeko jarrera erakutsi ondoan, hauen sustengu taldeko 8 pertsona izan dira atxilotuak (abokatu batzu barne). Edo, Herrira, euskal preso eta ihesla­rien giza eskubideen defentsan lanean ari zen mugimenduaren kontrako errepresioa eta legezkan­poratzea hego Euskal Herrian.

- Nazioarteko komunitatearen sustenguak ere eragina ukan du :

• Europar giza eskubideen gorteak 197/2006 doktrina baliogabetu du eta horri esker ber­rogeita hamar bat euskal preso politiko atera ziren 2013ko udazkenean.

• Hego amerikar 18 pertsonalitate, horietan estatu buru ohi batzu, Mexikon bildu ziren joan den urrian bake konferentzia batean eta Aiete adierazpenarekin bat egin zuten.

• Jaione Jauregi Espina euskal militantea 2013ko urrian Gand-en atxilotu ondoan, Belgikako akusazio gorteak, honen kontra Madrilek igorri euroagindu eskaera gibelera bota du.

Azken hilabete eta asteetan ekimen politiko aberatsak iragan dira. Euskal iheslari politikoen kolektiboak alde batetik eta presoen kolektiboak bestetik, barne eztabaiden ondotik, eraikitzen ari den prozesu de­mokratikoarekiko engaiamendu osoa adierazi dute. Gainera, egiten dituzten proposamenak ere, egoera korapilatsu hau askatzearen zentzuan doaz. Bi ekarpen horiek, prozesuaren eraikuntzako elementu zentral gisa ikusten ditugu. 2013ko martxoaren 14 eta 15ean Iruñea eta Bilbon iragan foro sozialean nazioarteko hamabi adituren ekarpenarekin idatzi hamabi gomendioen ekarpen gisa hartzen ditugu. Gomendio horiek eta bi kolektiboen ekarpenek justizia transizionalaren prozesu orokor eta mailakatu bat marrazten dute, helburua gatazkaren konponbide integrala delarik preso eta iheslarien gaiarekin.

1 Kotte Escenarro, Vice-président du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques – PS, Jean-René Etchegaray, premier adjoint au maire de Bayonne – Modem, Jakes Bortayrou, participant à Conférence d’Aiete, Abertzaleen Batasuna, Max Brisson, premier adjoint au maire de Biarritz et conseiller général – UMP, Frédérique Espagnac, sénatrice – PS, Jean-Jacques Lasserre, sénateur et président du conseil des élus – Modem, Jean Lissar – EELV, Xabi Larralde, Sortu, Michel Larralde, Secrétaire général de la CFDT Pays Basque.

Bi kolektiboek prozesuan engaiatzeko duten zintzotasuna eta beren bide orrien seriotasuna ukaezinak dira. Beren ezagupena aldarrikatzen dugu azkarki. Prest gara beraiekin engaiatzeko, beren egoera behin betiko konponduko duen bidea gogoetatu eta eraikitzeko.

Espainiar estatuaren torturaren erabilpena salatzen dugu, jadanik Amnesty international-en hainbat txostenetan salatua izan dena.

Hastapen batean, lehentasunezkoa eta urgentea iduritzen zaigu euskal preso eta iheslari politikoei apli­katzen zaizkien legeri berezi guziekin bukatzea -horietan euroaginduak-. Beren oinarrizko eskubideak errespetatuak izan daitezen aldarrikatzen dugu. Guzi honen gatik, preso eta iheslarien senideek pai­ratzen duten injustizia egoera salatzen dugu, ainitz sufritzen baitute eta ondorio larriak pairatzen bait dituzte.

Ondorioz eskatzen dugu :

Presoei dagokionez:

• Kouchner legea errespetaruz, larriki eri direnen askatzea, eta bereziki Ibon Fernandez Iradirena

• Sakabanaketaren bukaera eta presoen hurbilketa eta bateratzea.

• Baldintzapeko askatasuna erdiestea baldintzak betetzen dituztenentzat

Iheslariei dagokionez :

• Iheslarien kolektiboak pairatzen dituen euroaginduekin bukatzea.

• 80garren hamarkada hastapenean Frantziak beste lurralde batzuetara espultsatu zituen iheslarien itzulera (Kuba, Cap Vert, Venezuela, etabar…)

Eskaera hauei indar emaiteko, manifestaldi haundi bat antolatzen dugu Ekainaren 14-an Baionan.

Ligue des Droits de L’Homme; Bake Bidea; Cimade; Herrira; Etxe­rat; Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque; Anai Artea; Observatoire International des Prisons; Herriarekin; LAB; Union Syndical Solidaire; CGT territoriaux Biarritz; ELB; CFDT santé sociaux Pays Basque; Aitzina; EHZ; EELV; EHBAI; Abertzaleen Bata­suna; Sortu; NPA Pays Basque; Autonomia Eraiki; Eusko Alkartasuna.


 Droits de l’Homme,

Résolution, Paix!

Le processus de résolution démocratique du conflit en Pays Basque a entamé sa troisième année. En effet, la déclaration d’Aiete a célébré son second anniversaire, le 17 octobre dernier.

Nous faisons un triple constat :

- En Pays Basque des majorités en faveur de cette résolution se construisent, nous en voulons pour exemple les manifestations en faveur des prisonniers-ères organisées en novembre 2012 à Bayonne (15000 personnes) et en janvier de cette année à Bilbao (130000 personnes), ou encore la Déclaration signée en décembre 2012 (Forum pour la paix de Bayonne) par les principales personnalités politiques du Pays Basque Nord.1

- Les Etats français et espagnol, à ce jour, ne répondent pas positivement à ces multiples demandes de résolution issues du Pays Basque et de la Communauté internationale. Aucun signe constructif n’est à ce jour apparu. Pire, la répression aura été la seule réponse aux propositions faites par les Collectifs des prisonniers-ères et exilé-e-s politiques basques. Nous avons en mémoire les arrestations de trois exilés au lendemain de la présentation de leur feuille de route à Biarritz, le 15 juin 2013 et l’acceptation du MAE à l’encontre de Jokin Aranalde qui s’en est suivi, plus récemment les incarcérations à Madrid de huit membres (dont des avocats) du groupe d’appui au Collectif des prisonniers-ères suite à la présentation de leur proposition en faveur du processus. Ou bien la répression envers Herrira, mouve­ment de défense des droits des prisonnier-e-s et exilé-e-s basques, et son illégalisation.

- L’appui de la Communauté internationale est suivi d’effets :

• L’intervention de la Cour européenne des droits de l’ homme a invalidé la jurisprudence 197/2006 et permis la libération d’une cinquantaine de prisonnier-e-s politiques basques durant l’automne 2013.

• 18 personnalités sud américaines dont d’anciens chefs d’Etat se sont réunis à Mexico en octobre dernier pour une conférence de paix et ont adhéré à la déclaration d’Aiete.

• La Chambre des mises en accusation belge a refusé de valider le mandat d’arrêt euro­péen émis par Madrid à l’encontre de la militante basque Jaione Jauregui Espina, arrêtée début octobre 2013 à Gand.

Ces derniers mois et semaines ont été riches en événements politiques. Nous constatons que le Collectif des exilé-e-s politiques basques (EIPK) de son côté, et celui des prisonniers-ères (EPPK) de l’autre, ont formulé, suite à leurs débats internes, leur total engagement en faveur du processus démocratique en cours de construction. En plus de cela, ils font des propositions qui vont dans le sens du déblocage de la situation. Nous considérons ces deux apports comme des éléments centraux dans la construction de ce processus. Ces contributions sont une réponse et un apport aux douze recommandations issues du Forum social pour impulser le processus de paix (14 et 15 mars 2013 à Pampelune et Bilbao) et rédigées grâce à la participation de douze experts internationaux. Ces recommandations ainsi que les apports de ces deux collectifs, dessinent un processus global et progressif de justice transitionnelle dont le but est la résolu­tion intégrale du conflit avec la question des prisonniers-ères et exilé-e-s.

1 Kotte Escenarro, Vice-président du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques – PS, Jean-René Etchegaray, premier adjoint au maire de Bayonne – Modem, Jakes Bortayrou, participant à Conférence d’Aiete, Abertzaleen Batasuna, Max Brisson, premier adjoint au maire de Biarritz et conseiller général – UMP, Frédérique Espagnac, sénatrice – PS, Jean-Jacques Lasserre, sénateur et président du conseil des élus – Modem, Jean Lissar – EELV, Xabi Larralde, Sortu, Michel Larralde, Secrétaire général de la CFDT Pays Basque.

La sincérité de l’engagement des deux collectifs dans le processus et le sérieux de leurs feuilles de route sont incontestables. Nous revendiquons avec force leur reconnaissance. Nous sommes prêts à nous enga­ger à leur côté afin de réfléchir et construire avec eux le chemin qui mènera à la résolution définitive de leurs situations.

Nous dénonçons l’utilisation de la torture dans l’Etat espagnol, dénoncée dans divers rapports par Am­nisty International.

Dans un premier temps, il nous semble prioritaire et urgent de mettre un terme à toutes les mesures d’exception - dont les mandats d’arrêt européens - qui sont appliquées aux prisonniers-ères et exilé-e-s politiques basques. Nous revendiquons le respect de leurs droits essentiels. Nous dénonçons l’injustice de la situation actuelle envers les familles de prisonnier-e-s et d’exilé-e-s, qui en souffrent profondément et en subissent directement les graves conséquences.

Ainsi nous demandons:

Pour les prisonniers-ères:

• Dans le respect de la loi Kouchner, la libération immédiate pour celles et ceux gravement malades, et plus particulièrement celle d’Ibon Fernandez Iradi.

• La fin de la dispersion, le regroupement et le rapprochement des prisonniers-ères.

• l’accession aux libérations conditionnelles pour tous ceux qui en remplissent les conditions.

Pour les exilé-e-s :

• Arrêt de l’application des Mandats d’Arrêt Européen à l’encontre de la commu­nauté des exilé-e-s.

• Retour des exilé-e-s qui ont été expulsés par la France au début des années 80 vers un pays tiers (Cuba, Cap Vert, Venezuela, etc…)

Afin d’appuyer ces demandes nous organisons une grande manifestation

le 14 juin à Bayonne.

Ligue des Droits de L’Homme; Bake Bidea; Cimade; Herrira; Etxe­rat; Comité pour la Défense des Droits de l’Homme en Pays Basque; Anai Artea; Observatoire International des Prisons; Herriarekin; LAB; Union Syndical Solidaire; CGT territoriaux Biarritz; ELB; CFDT santé sociaux Pays Basque; Aitzina; EHZ; EELV; EHBAI; Abertzaleen Bata­suna; Sortu; NPA Pays Basque; Autonomia Eraiki; Eusko Alkartasuna.


Voir aussi dans la catégorie Communiqués Pays Basque
Amnistiaren egunaAmnistiaren eguna

MANIFA MAULEoN URRIETAREN 17 OCTOBREMANIFA MAULEoN URRIETAREN 17 OCTOBRE

MANIFA MAULEoN EÜSKAL PRESO ETA IHESLARIAK ETXERAT ! ÜRRIETAREN 17 OCTOBRE 15:00etan Manifa eta, ZINKAN TALOREN SALMENTA PRESO ETA IHESLARIEN ALDEKO + kontzertü Après la manif VENTE DE...

MANIFA MAULEoN

(plus bas en français) Euskal militanteen bahitze edo arrestatzeak taigabe jarraikitzen dira. Aste hontan orano Egoitz Urrutikoetxea düe bahitü eta Pariseko Fresnesen espetxealatü. Esker...

MOBILIZAZIOAK EGOITZ MOBILISATIONS

EGOITZ ASKATU ! ALKARRETARRATZEAK  MAULEN, Egoitz komisaltegian deno : -         Ürrietaren 8an, ostegüna, Mauleko kürütxe xürian 18:30etan -         Ürrietaren 9an,...

BAGOAZ: URTARRILAK 9 JANVIER BAIONA | BILBO

AVANCER VERS LA RÉSOLUTION SARE et BAGOAZ, nous sommes l’expression d'une société organisée dans la défense des droits fondamentaux des prisonnier(e)s, exilé(e)s et des déporté(e)s, nous...

BAKE BIDEA : NEWS LETTER /BERRI GUTUNA SEPTEMBRE/IRAILA

Le Vendredi 28 avril Le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve en visite au Pays Basque Nord s’est réuni avec différents acteurs du territoire. La thématique de la...



HAUT